banner

Cliquez ici pour faire un
don en ligne.

Faites un don

Cliquez ici pour vous inscrire à notre infolettre.

inscription infolettre

 


 

 

 



 



theme

Demande de l’ELN à l’Église colombienne

IMC

Rionegro, Colombie – « Nous est parvenue la requête non pas d’être garants, mais d’accompagner et par suite nous serons présents afin d’assurer la modération des colloques, espérant que cela puisse servir à les rendre plus efficaces et nous porte rapidement vers la paix ». C’est ainsi que S.Exc. Mgr Augusto Castro Quiroga, IMC, Archevêque de Tunja et Président de la Conférence épiscopale, a commenté la demande adressée par l’ELN à l’Église colombienne.

Selon les informations parvenues à Fides, l’Archevêque s’est exprimé au terme de son intervention au forum sur l’après conflit intitulé « Impact social et entrepreneurial » qui a eu lieu à Rionegro à la fin de la semaine passée et auquel ont participé différentes autorités du gouvernement local et national ainsi que des diplomates des pays s’étant offerts comme médiateurs pour la paix entre les groupes de guérillas et le gouvernement colombien.
Mgr Castro Quiroga a également lancé un appel à l’ELN afin qu’elle « libère tous les otages et ne demande pas même un centime », rappelant que cela constitue l’une des conditions posées par le gouvernement pour débuter les colloques avec l’ELN. Malheureusement, hier, cette dernière a affirmé ne retenir en otage ni Melisa Trillos ni le responsable paysan Henry Perez, ceci causant une préoccupation supplémentaire chez leurs familles respectives qui sont sans nouvelle de leur état de santé et ne connaissent même plus le groupe qui les a enlevés.
Suite à cette nouvelle, S.Exc. Mgr Gabriel Angel Villa Vahos, Evêque d’Ocana, a demandé publiquement hier la libération de Melisa Trillos, enlevée voici deux semaines. L’Évêque a exhorté les ravisseurs d’apporter des preuves certaines du fait que Melisa Trillos est vivante et de respecter sa vie afin qu’elle puisse retourner bientôt dans sa famille.

 

retour

 

conception gcrete 2010