banner

Cliquez ici pour faire un
don en ligne.

Faites un don

Cliquez ici pour vous inscrire à notre infolettre.

inscription infolettre

 


 

 

 



 



theme

Jean Baptiste Ekaka, premier pygmée universitaire

Jean Baptiste Ekaka

Dreamweaver CS3Le jeune Jean Baptiste Ekaka, grâce à l’appui de la Commission de la pastorale pygmée du diocèse de Wamba, a entrepris, en 2010, des études de droit à l’université de Kisangani. Premier pygmée universitaire de la province Orientale, Jean Baptiste est devenu un véritable symbole de la lutte pour la dignité du peuple pygmée.
 Jean Baptiste se présente
Mon village natal s’appelle Bayenga et se situe à 22 kilomètres de Wamba, dans la province Orientale. Je suis le cadet d’une famille de trois enfants. Mes parents, Jean Pierre Bengea et Isude Engyananakota sont déjà décédés. J’ai grandi dans le campement pygmée d’Abiba, non loin de Bayenga, dans des conditions naturelles et traditionnelles propres à nous. La chasse, la cueillette dans la forêt et la pêche continuent à faire partie de notre mode de vie, ainsi que nos chants et danses traditionnels organisés en certaines occasions.

Comme les autres enfants pygmées de mon campement, j’ai étudié à l’école primaire pygmée d’Ango, à Bayenga. Une école érigée, comme d’autres, par la Commission de la pastorale pygmée du diocèse de Wamba. Après l’obtention de mon certificat de fin d’études primaires, j’ai aussitôt commencé mes études secondaires à l’Institut Consolata, sous la direction des Missionnaires de la Consolata. Je résidais à l’Internat Bienheureux Joseph Allamano de Wamba, fondé aussi par la Commission de la pastorale pygmée. En août j’ai obtenu mon diplôme d’État.

A l’Institut j’avais opté pour des études dans le secteur commercial, parce que j’avais le rêve de devenir un jour le secrétaire du père Préfet à l’Institut Consolata. Cependant, j’ai mûri ma décision, préoccupé par l’avenir de mes frères et sœurs pygmées. Je me suis alors demandé comment je pourrais le mieux les aider. Cela m’a amené à choisir le droit. Je voudrais défendre les droits méconnus de notre minorité pygmée et tenter de régler les mésententes entre nous et les Bantous, provoquées souvent par des questions concernant le droit, la justice, la propriété de la terre, etc. Je suis encore en première année de droit, mais si la Commission de la pastorale pygmée continue à me soutenir, j’espère aller jusqu’au bout.

retour

conception gcrete 2010