banner

Cliquez ici pour faire un
don en ligne.

Faites un don

Cliquez ici pour vous inscrire à notre infolettre.

inscription infolettre

 


 

 

 



 



Désastre causé par le cyclone IDAI

IMC

Le cyclone IDAI a dévasté les provinces de Sofala, Manica et Zambézia, au centre du Mozambique. C’est la ville de Beira, la deuxième ville du pays, qui a le plus souffert de l’ouragan. Elle est aujourd’hui méconnaissable, détruite presque entièrement. Les communications téléphoniques sont interrompues et le réseau électrique détruit. Le manque d'eau potable s’ajoute à l’inquiétude.

Le cyclone avait été annoncé au cours jours précédents et la population informée. Les autorités en alerte s’étaient préparées, mais personne n'avait cru à une catastrophe de cette ampleur.

Jour et nuit, des vents de 200 km à l'heure ont soufflé. De fortes pluies ont provoqué le débordement des rivières, l’effondrement des ponts. Les murs, les toits de tôle, les maisons, les voitures, les cultures... tout est dévasté. Vue du ciel, la ville de Beira est devenue un immense lac d'où émergent des bâtiments sans toit. Il n’y a plus ni rues, ni maisons, ni étals.... Beaucoup de gens ont perdu la vie: il y aurait plus de 1000 morts.

Au plus dur de la tempête, sur les toits des maisons ou perchés dans les arbres, des gens demandaient de l'aide alors que d’autres étaient emportés par la rage des rivières. Le bruit assourdissant couvrait les cris des sinistrés. Dans les derniers jours, l'aéroport a été rouvert pour pallier à l’absence de communication terrestre. En effet, la seule route qui relie Beira au reste du pays est coupée en plusieurs endroits.
Pour le moment, nos missionnaires prient et encouragent les survivants, prêts à apporter leur contribution le temps venu. Aucun missionnaire IMC n’habite à Beira. Si aucune mission IMC n'a été touchée, il n’en demeure pas moins que dans le diocèse de Tete, où travaillent les missionnaires, des inondations s’étendent à la ville de Tete, en Angonie et dans le sud, à Doa et Mutarara. Il y a eu des inondations et de nombreuses familles ont perdu leurs maisons.

La situation de la mission de Nuova Mambone, située près de la rivière Save, inquiète. Il semble qu'en raison des fortes pluies au Zimbabwe, les digues de la rivière Save soient sur le point de céder. Ce serait terrible pour Nova Mambone, qui déjà est sujette à de fréquentes inondations. Il est à espérer que cela ne se produise pas.

À Inhambane, dans le sud du pays, au contraire, il ne pleut pas depuis plusieurs jours, c’est la sécheresse. Contradiction de la nature.

 

retour

 

conception gcrete 2010