banner

Cliquez ici pour faire un
don en ligne.

Faites un don

Cliquez ici pour vous inscrire à notre infolettre.

inscription infolettre

 


 

 

 



 



theme

Nouveau sommet intercoréen

Agence Fides

Séoul, Corée du Sud – « Je suis très heureux que les deux chefs de l’État de Corée du Nord et du Sud aient décidé de se rencontrer de nouveau à Pyongyang le 18 septembre prochain, après deux autres précédents sommets historiques au cours de cette année. Je rend également grâce à Dieu d’avoir conduit tant la Corée du Sud que la Corée du Nord sur le chemin de la paix dans la péninsule coréenne ». C’est ce que déclare à l’Agence Fides S.Em. le Cardinal André Yeom Soo-Jung, Archevêque de Séoul et administrateur apostolique de Pyongyang, en guise de commentaire à l’annonce officielle de la part du III° Sommet de Séoul entre le responsable de la Corée du Nord, Kim Jong-un, et le Président sud-coréen, Moon Jae-in, qui se tiendra dans la capitale nord-coréenne du 18 au 20 septembre prochain. La rencontre démontre l’état d’avancement des relations entre les deux Corée et la détermination concernant la dénucléarisation de la péninsule.

« Tout d’abord – note le Cardinal dans le cadre d’un entretien accordé à l’Agence Fides – je désire sincèrement que le prochain sommet de Pyongyang puisse constituer une pierre milliaire, un pas significatif qui aide à appliquer immédiatement la Déclaration de Panmunjom’, qui peut se résumer principalement dans les principes de dénucléarisation de la péninsule coréenne et de rétablissement de la paix ». « Au sein de l’Église en Corée, nous prierons pour le succès du prochain sommet. Je demande aux fidèles coréens mais également à tout le peuple de Dieu présent de par le monde de s’unir à nous et d’élever à Dieu des prières en vue d’une paix authentique et d’une authentique réconciliation dans la péninsule coréenne. Nous croyons profondément que le dialogue constitue la seule voie vers la paix, ainsi que l’a souligné le pape François » a conclu l’Archevêque.
Le responsable nord-coréen Kim Jong-un entend achever la dénucléarisation de la péninsule d’ici la fin du premier mandat du Président américain, Donald J. Trump, en janvier 2021. C’est ce qu’a affirmé Chung Eui-yong, Envoyé spécial du Président sud-coréen Moon Jae-in, référant ce que Kim Jong-un avait affirmé ces jours derniers à Pyongyang. Kim Jong-un a cité comme « preuve de bonne volonté » le démantèlement du site nucléaire de Punggye-ri, en mai dernier, et l’action de démantèlement en cours du seul site d’essai de missiles nord-coréen, ce qui signifierait la totale suspension des essais de missiles à longue portée.

L’attention de l’Église en Corée sur le processus de rapprochement est grande. Au cours de ces derniers jours, a eu lieu à Séoul le III° Forum pour le partage de la paix dans la péninsule coréenne, auquel ont participé des Cardinaux, Archevêques et Evêques de l’Église en Asie, réunis sous le slogan « Dignité humaine et paix, préparer la voie pour la péninsule coréenne » (voir Fides 03/09/2018). Le Cardinal Yeom Soo-Jung, dans son discours d’ouverture, avait souhaité l’engagement des Eglises en Asie dans le cadre de la coopération devant « porter à terme la véritable mission d’humanisation et d’évangélisation de la péninsule coréenne et du continent asiatique ».

 

retour


conception gcrete 2010