banner

Cliquez ici pour faire un
don en ligne.

Faites un don

Cliquez ici pour vous inscrire à notre infolettre.

inscription infolettre

 


 

 

 



 



Secteur d'interventionProjets RéalisésBilan des projets aidés

Les projets d'aide aux plus démunis

Depuis leur fondation, les Missionnaires de la Consolata ont toujours eu des projets de développement et d’évangélisation. Aujourd’hui, très souvent, les fonds se trouvent dans les pays du Nord alors que les besoins sont  dans les pays pauvres. Les IMC du Québec agissent comme intermédiaires parmi eux.

Les projets aidés par les Missionnaires de la Consolata (Canada) sont des microprojets, des miniprojets (actuellement, le financement accordé par des organismes de coopération internationale se situe entre 50 000 $ et 100 000 $). Les missionnaires et les Églises ne se sont pas souvent impliqués dans des projets nécessitant des investissements en millions de dollars. Il faudra donc s’attendre à ce que les effets de ces projets soient plus proches de la vie des gens, mais aussi moins remarqués par les économistes qui examinent la macro-économie.

Une autre caractéristique qui s’impose, c’est l’extrême diversité de ces projets. La plupart des observateurs s’attendent à ce que les projets des missionnaires soient des projets ecclésiastiques, peut-être dans les secteurs de l’éducation, de la formation et de la santé.  Mais il faut bien reconnaître que les projets missionnaires s’étendent maintenant à un éventail de secteurs qui couvrent presque toute l’existence des individus et des sociétés. Les missions ne s’intéressent pas seulement aux écoles et aux dispensaires, mais aussi aux turbines, à la menuiserie, au secteur financier, à l’art et aux identités culturelles… Cela témoigne de l’inventivité et de l’imagination des missionnaires pour aider leurs gens.
           
Les projets missionnaires ont presque toujours une autre caractéristique commune : la clientèle qu’ils visent, les personnes qu’ils ciblent, ce sont avant tout des personnes souffrantes ou pauvres.  Aucun projet n’a comme objectif la liberté du commerce ou l’enrichissement des élites… Une bonne partie des projets visent directement un allègement des souffrances : les hôpitaux et les dispensaires, les prothèses et les chaises roulantes… Beaucoup d’autres ont comme objectif une amélioration des conditions de vie : le logement et les écoles, l’apprentissage d’un métier, les moulins, les charrues, les aqueducs et les fontaines…
           
Il  n’est pas question de réduire le développement à ses dimensions économiques. C’est la personne qui est au cœur de tout projet de développement, toute la personne et toutes les personnes. La variété des projets d’éducation et de formation est étonnante. Cela correspond aussi au charisme missionnaire.
Il y a les projets pour encourager et sauvegarder les cultures autochtones et les centres d’art... Mais il y a aussi ces projets qui, comme celui du père Frizzi, ont permis de rendre la Parole de Dieu accessible dans des centaines de langues.

On a vu enfin apparaître des projets en faveur de la paix, de la justice et des droits humains;  ils ne sont pas encore assez nombreux. Pour beaucoup de missionnaires, la charité est encore plus importante que la justice…
           
Les projets ecclésiastiques sont les plus institutionnels, comme les constructions ou les rénovations d’édifices du culte, la construction des séminaires et des centres catéchistiques. Ce me semble moins innovateur, mais, certes, l’Église et le peuple de Dieu en ont besoin.

Communiquez avec les Missionnaires de la Consolata pour plus d’information.
Tél. : 514-334-1910  ou  1-877-337-1910
imcmontreal@consolata.qc.ca

 

conception gcrete 2010