banner

Cliquez ici pour faire un
don en ligne.

Faites un don

Cliquez ici pour vous inscrire à notre infolettre.

inscription infolettre

 


 

 

 



 



ÉvangélisationÉducationSantéDéveloppementJustice et Paix

Mission et santé

 

Un esprit saint dans un corps sain, dit un proverbe. Les missionnaires l'ont compris très tôt et partout ils ont installé des dispensaires, des centres de santé et des hôpitaux.

Pendant longtemps, la lèpre a été parmi les principaux défis de santé. Les Missionnaires de la Consolata ont contribué à construire des léproseries et à répandre les techniques efficaces de contrôle de la maladie.

Richard Larose

 

 

 

 


Le père Richard Larose, administrateur de l'hôpital Notre Dame de la Consolata à Neisu en RDC, dans la pharmacie de l'hôpital

 

Soeur EgleLa mortalité des mamans et des jeunes enfants est encore très forte en Afrique noire. Les sœurs missionnaires de la Consolata sont très impliquées non seulement dans un réseau de cliniques pour les femmes et les mamans, mais aussi dans la prévention: elles vont rencontrer les familles pour suggérer des améliorations dans la propreté, l'hygiène et l'alimentation, elles profitent de la présence des patientes au dispensaire pour faire des recommandations sur le soin des enfants…

 

Une Missionnaire de la Consolata visite les malades à Ikonda. C'est une des régions du monde où le SIDA fait le plus de ravages: plus de la moitié des décès à Ikonda sont reliés à cette maladie.


Après la deuxième guerre mondiale, le réseau des dispensaires et des léproseries ne suffisait plus. Grâce à des milliers de bienfaitrices et de bienfaiteurs et à l'aide des projets de développement de divers gouvernements, les missionnaires ont ouvert des Dominique Zordanhôpitaux toujours plus modernes.

À cause de la longue guerre civile en Éthiopie, des milliers d'enfants ont un handicap. C'est pourquoi les Missionnaires de la Consolata ouvrirent un orphelinat à Asella, une école pour les handicapés visuels à Shashemane et une clinique spécialisée pour les handicapés physiques à Gighessa.

Jésus de Nazareth ne s'est pas contenté de proclamer sa Bonne Nouvelle; les Évangiles racontent de nombreuses guérisons des corps et des esprits. S'il faut faire la part aux légendes, il faut néanmoins comprendre que ce fondateur de religion très clairement n'a pas voulu que son message s'adresse seulement aux esprits, il s'occupait aussi des corps. C'est ce qu'ont continué les missionnaires qui aux quatre coins du monde ont construit des dispensaires, des cliniques et même des hôpitaux.

À Gighessa, le père Zordan, IMC,
auCentre pour enfants handicapés.
Pendant de nombreuses années, un
orthopédiste italien allait passer
deux mois par année à Gighessa
pour y offrir ses services
bénévolement; les enfants de la
photo profitèrent de ses soins. 
Encore aujourd'hui des spécialistes
offrent bénévolement leurs services
en mission.

Après les indépendances, la plupart des centres de santé ont été remis aux gouvernements africains. Les Missionnaires de la Consolata collaborent encore avec quatre hôpitaux en Afrique : l'hôpital de Neisu en République démocratique du Congo, l’hôpital de Gambo en Éthiopie, l'hôpital de Wamba dans le désert du nord du Kenya et l'hôpital d'Ikonda en Tanzanie.

« L'Église et les missionnaires sont des promoteurs du développement grâce à leurs écoles, à leurs hôpitaux, à leurs imprimeries, à leurs universités, à leurs exploitations agricoles expérimentales. Toutefois, le développement d'un peuple ne vient pas d'abord de l'argent, ni des aides matérielles, ni des structures techniques, mais bien plutôt de la formation des consciences, du mûrissement des mentalités et des comportements. C'est l'homme qui est le protagoniste du développement, et non pas l'argent ni la technique. »
Jean-Paul II dans son encyclique Redemptoris Missio (art. 58)

 

Communiquez avec les Missionnaires de la Consolata pour plus d’information.
Tél. : 514-334-1910  ou  1-877-337-1910
imcmontreal@consolata.qc.ca


conception gcrete 2010