Virus tenace…solution durable !

En Côte d’Ivoire comme partout en Afrique, les gratte-ciel des villes nous font oublier la pauvreté des périphéries. Grand-Zattry n’échappe pas à cette logique implacable. Sa banlieue peuplée de migrants fait piètre figure comparée aux hôtels luxueux et aux plages de l’ancienne capitale Abidjan. Comme on pouvait s’y attendre, c’est dans les populations les plus pauvres que la pandémie a causé le plus de dommage.

Des femmes résilientes
Le dynamisme des femmes africaines n’est plus à faire, mais la pandémie est venue à bout de leurs entreprises. Le père Gichane, missionnaire de la Consolata et responsable de la mission de Grand-Zattry, a justement approché un de ces groupes de femmes engagées de la communauté pour développer avec elles une solution durable pour assurer leur bien-être et celui de leurs enfants. Les rencontres ont porté fruit. Père Gichane leur a proposé de construire un poulailler qu’elles pourraient administrer pour se faire un revenu stable. Elles ont répondu Oui!

Des poules et des masques
Il a réservé un lopin sur le terrain de la mission et trouvé des formateurs pour enseigner aux mamans les rudiments de l’aviculture. COVID-19 oblige, il a également prévu l’achat de masques et de désinfectant pour leur permettre d’aller vendre les œufs au marché sans se mettre à risque de contracter le virus. Il lui faut 12 000 $ pour initier l’entreprise.
Contrer les effets néfastes de la pandémie sur la population la plus vulnérable et améliorer la vie des femmes et de leurs enfants : d’une pierre deux coups. Joignez-vous à elles. Répondez Oui!

error: Contenu protégé !