Joseph Allamano (fondateur)

Le bienheureux Joseph Allamano est né le 21 janvier 1851 dans une petite ville du nord de l’Italie; sa mère était la sœur de saint Joseph Cafasso, alors recteur du sanctuaire de Notre-Dame de la Consolata à Turin.

Il fréquenta l’école de saint Jean Bosco et devint en 1873 prêtre du diocèse de Turin. Sept ans plus tard, son évêque le nomme recteur du sanctuaire Notre-Dame de la Consolata à Turin et responsable de la formation permanente des prêtres du diocèse.

Dans les années 1890, avec son fidèle collaborateur Jacques Camisassa, il tente de fonder une communauté de missionnaires pour aller évangéliser l’Afrique, mais tous ses projets échouent. Le 29 janvier 1900, il guérit miraculeusement d’une maladie grave et son évêque lui dit : « C’est pour que tu fondes un institut missionnaire! » Joseph Allamano se met tout de suite à la tâche et, en mai 1902, le premier groupe de quatre missionnaires (dont un laïque) part pour le Kenya. En 1910, il fondera un deuxième institut, les Sœurs Missionnaires de la Consolata.

Il passe le reste de sa vie à diriger ses deux instituts missionnaires, à coordonner la pastorale au sanctuaire Notre-Dame de la Consolata et s’occuper de la formation des prêtres de son diocèse. Il meurt à Turin le 16 février 1926.

Dans son homélie à la messe de la béatification de Joseph Allamano le 7 octobre 1990, Jean-Paul II a déclaré : « En ce moment où il est accueilli parmi les bienheureux, Joseph Allamano nous rappelle que, pour rester fidèles à notre vocation chrétienne, nous devons savoir partager les dons reçus de Dieu avec nos frères et sœurs, sans discrimination de race ou de culture. »

« Notre Dame de la Consolata est la vraie fondatrice des IMC. »
Joseph Alamano
Fondateur des IMC

Notre Dame de la Consolata est la patronne de la ville de Turin, dans le nord de l’Italie. Le bienheureux Joseph Allamano fut recteur de son sanctuaire de 1880 à sa mort en 1926.

Au cœur de ce sanctuaire, se trouve une très ancienne icône de Notre Dame, dont les origines sont discutées, mais qui provient probablement d’une ancienne dévotion à Notre Dame à l’église du Peuple à Rome.

Dans la spiritualité catholique, la mère de Jésus a souvent été associée à la compassion, à la tendresse et à la consolation. Dans les apparitions de La Salette en 1846, Marie se présente comme une mère toute en pleurs qui a besoin de la consolation de l’humanité; c’est en travaillant au Royaume de son fils que les humains la consolent. La Consolata, c’est d’abord la « Consolée ».

Marie est aussi celle qui donne la vraie consolation au genre humain, en la personne de Jésus Messie et Sauveur du monde. Elle est Notre Dame du Perpétuel Secours, la mère de toute consolation.

Joseph Allamano, qui a fondé deux instituts Missionnaires de la Consolata pour aller porter la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu jusqu’aux extrémités du monde, l’a bien compris.

Lors d’une réunion de tous les supérieurs IMC en 1999 il a été rappelé que : « Dès les débuts, les premiers missionnaires de la Consolata ont choisi des œuvres et des moyens qu’aujourd’hui on appellerait de consolation. Ils ont été guidés par Celle qui nous inspire une mission correspondant à ce Dieu qui console son peuple et qui a pitié de ses misères. La mission naît du cœur plein de tendresse de Dieu et elle porte cette consolation à l’humanité. »

Notre Dame de la Consolata

error: Contenu protégé !